Balval Ekel 2

Balval Ekel, de son vrai nom Pascale Radière, est née en 1963. De son portrait, elle dit qu’il faudrait le peindre « à la manière de Giacometti, un visage perdu dans l’abondance des traits mais émergeant de cette même pelote emmêlée ». A l’âge de quarante-six ans, Pascale Radière découvre que son père n’est pas celui qu’elle a toujours connu, mais le guitariste de jazz Elek Bacsik, partenaire des plus grands musiciens depuis les années 1950 jusqu’à sa mort brutale en 1993. « Enfin, je ressemblais à quelqu’un », nous dira-t-elle. Dès lors, celle qui se fait appeler Balval Ekel n’a de cesse de rédiger la biographie du monde à travers les ateliers d’écriture qu’elle développe auprès de tous les publics, alertée de ce que chacun, comme elle, dans le secret ou la lumière, mène « une existence plus riche que vous ne le croyez ».

| BIBLIOGRAPHIE |
Elek Bacsik, un homme dans la nuit, Jacques Flament, 2015
Le Bunker, sixième témoignage, Jacques Flament, 2015
Les Gens heureux ont une histoire, Jacques Flament, 2018
Comme un trou lumineux dans le trottoir, Pourquoi je lis Les Fantômes du chapelier de Georges Simenon, Le Feu Sacré, 2019

Crédit photo | Thierry Radière